Connectez-vous

Nouveau numéro

DETECTION PASSION N° 133 Novembre/Décembre 2017
Couverture
Voir le sommaireAjouter à votre panierVoir toute la collectionAbonnement au magasine

Rechercher sur le site

A propos d’un Mercure allongé...

image

imageDescription
Cet objet, assez plat, représente un personnage allongé, en appui sur l’avant-bras gauche. Deux ailerons, implantés au sommet du crâne, émergent d’une couronne de cheveux dont la base est soulignée par une fine gorge. La tête, quasi cylindrique, repose sur un cou épais. Les détails anatomiques du visage, bien que sommairement figurés, dégagent une certaine bonhomie accentuée par l’expression rieuse de la bouche. Sur le torse nu, deux petites dépressionsimage
punctiformes simulent les tétons, et des incisions curvilignes soulignent les muscles pectoraux. Un drapé, schématisé par des chevrons, cache le bas du corps. Les jambes, débordant de la limite imposée par une base rectiligne, ne sont pas entièrement représentées. Le bras droit, légèrement plié suivant la ligne du corps, semble reposer sur un accoudoir. Au revers, deux incisions courbes marquent la base des omoplates. Au niveau des reins court un rebord strié, appartenant sans doute à un dossier dont la surface restante est divisée en bandes parallèles longitudinales évoquant des planches. Au milieu et sous la base se remarquent des traces de cassure sur une longueur d’un centimètre. Hauteur max. 3,8 cm, largeur max. 3 cm, épaisseur variant de 0,2 à 0,7 cm.

Commentaires
Les ailerons identifient clairement Mercure. L’angle aigu qu’ils forment ne permet pas d’envisager qu’il s’agit de cornes ou d’un croissant appartenant à Luna. La coiffure et l’aspect du visage sont d’ailleurs typiquement masculins.
Si les catalogues des musées révèlent d’assez nombreux Mercure assis, les représentations de Mercure allongés demeurent bien plus rares.

imageL’attitude du dieu correspond à celle adoptée par les convives des banquets, notamment funéraires(1), scènes abondamment
illustrées dans l’Antiquité. Les humains aussi invitaient les dieux, du moins leurs bustes disposés sur des coussins (pulvinar), à de tels repas lors de certaines fêtes religieuses (lectisternium ou lectisterne(2)).

Ce petit bronze peut se comparer à un autre de l’ancienne collection Gréau figurant également Mercure allongé tenant une bourse dans la main droite et de la gauche le caducée (ci-contre à droite) ; “le tout est d’un style grossier et les détails en sont très indistincts”. (S. Reinach, Antiquités nationales, Description raisonnée du Musée de Saint-Germain- en-Laye, Bronzes figurés de la Gaule romaine, Paris, 1894, n° 72. Les dimensions ne sont pas indiquées).

Il existe sans doute un rapport entre la fonction psychopompe (conducteur des âmes) de Mercure et sa représentation allongé participant de l’iconographie funéraire.

imageCependant, le numéro 128 de l’étude consacrée aux bronzes figurés antiques du Musée Rolin(3) montre un personnage dans cette position, un prêtre(4) selon les auteurs, tenant une patère (ci-dessous). Outre par l’attitude, ce petit bronze est proche du Mercure par ses dimensions (H. 3,4 cm, l. 5 cm) et le traitement du revers.

L’absence de pétase(5) et l’implantation des ailerons directement dans la chevelure trahissent une production gauloise, sans doute tardive comme semble l’indiquer le style. Quand à la nature et à la fonction de l’objet auquel appartenait ce fragment, il n’a pas été possible de les déterminer.

(1) : Le défunt, torse nu allongé sur un lit, goûte aux joies d’un festin éternel.
(2) : Du latin lectus, “lit”. Les Romains, selon une habitude empruntée aux Grecs, prenaient leurs repas principaux allongés sur des lits, disposés par trois pour former une sorte de “U”, dans la salle à manger (triclinium). Le lit central (lectus medius) était sans doute la place d’honneur, car permettant tout à la fois de communiquer avec son voisin de droite, allongé sur le lectus imus, et avec le convive de gauche occupant le lectus summus ( Ugo Enrico Paoli, Vita romana, éd. Desclée De Brouwer, 1995, p. 182 et suiv.).
(3) : P. Lebel et S. Boucher, Bronzes figurés antiques (grecs, étrusques et romains), Musée Rolin, éditions de la Ville d’Autun, 1975.
(4) : Ou une prêtresse ?
(5) : Pétase : chapeau de feutre à fond bas et larges bords.

Chargement en cours

Veuillez patienter svp...

RESPECTONS L'ARTICLE L 542 DU CODE DU PATRIMOINE

Art. L 542 : Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d'objets métalliques, à l'effet de recherches de monuments et d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie, sans avoir aupréalable obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur, ainsi que de la nature et des modalités de recherches. Les contrevenants sont passibles d'amendes de la classe 5. Cette réglementation a pour but la protection des sites archéologiques. Les autorisations de recherches archéologiques effectuées à l'aide de détecteurs de métaux sont à demander au préfet de la région concernée

Nouveau numéro

DETECTION PASSION N° 133 Novembre/Décembre 2017
Couverture
Voir le sommaireAjouter à votre panierVoir toute la collectionAbonnement au magasine

Connectez-vous

Rechercher sur le site